Causes de l’asthme

Asthme allergique – quelles en sont les causes?

L’asthme a de nombreuses causes

Le saviez-vous? Chez les enfants, l’asthme bronchique est la maladie chronique la plus fréquente, et le taux augmente constamment année après année. Les personnes allergiques souffrent particulièrement souvent d’asthme. Les personnes asthmatiques sont particulièrement souvent aux prises avec des allergies.

Quels sont les déclencheurs fondamentaux de l’asthme?

En principe, les professionnels de la santé distinguent l’asthme allergique de l’asthme non allergique. Les déclencheurs causaux de l’asthme allergique sont les allergènes, soit les substances qui provoquent une réaction exagérée du système immunitaire. On retrouve ces substances provoquant des réactions allergiques dans des domaines très différents.

Les allergènes les plus importants comprennent notamment:

  • Pollens des graminées et des arbres
  • Acariens de poussière de maison
  • Certaines protéines des chiens ou des chats, qui passent du pelage dans l’air

Dans l’asthme bronchique, il n’existe d’ailleurs pas de tableau clinique unique. Les symptômes caractéristiques ont toutefois les mêmes causes. D’une part un rétrécissement des voies respiratoires et d’autre part une hypersensibilité bronchique entraînant des altérations inflammatoires. Les conséquences peuvent être une détresse respiratoire, une respiration sifflante, une toux et une sensation d’oppression dans la cage thoracique. Ces symptômes varient d’intensité d’un patient à l’autre et ne sont pas nécessairement tous présents en même temps.

Asthme allergique

L’asthme allergique apparaît souvent pour la première fois pendant l’enfance. Un rhume (rhinite) allergique précède la plupart du temps cette forme d’asthme. Il peut aussi apparaître auparavant une névrodermite (eczéma atopique). Dans de nombreux cas, les allergènes déclenchent initialement l’apparition de symptômes, ce qui donne lieu de plus en plus souvent une inflammation des voies respiratoires.

Souvent, l’inflammation persiste, voire progresse, même en l’absence de l’allergène déclencheur initial.

Causes et risques de l’asthme allergique

Il est impossible de dire avec certitude pourquoi il se produit un asthme allergique dans les bronches. Il est toutefois établi que la maladie est déclenchée par la convergence d’une prédisposition génétique correspondante et de certains stimuli externes. C’est le cas par exemple lorsqu’une personne asthmatique ayant la prédisposition génétique correspondante est soudainement exposée à une charge particulièrement élevée de pollens ou d’acariens de poussière de maison auxquels elle est allergique. Ces allergènes peuvent alors provoquer une crise d’asthme.

Le rétrécissement aigu des bronches réduit le débit expiratoire des personnes asthmatiques. De plus, des sécrétions visqueuses et la modification de la muqueuse respiratoire dans les tissus conjonctifs non fonctionnels (remodeling) peuvent rétrécir les voies respiratoires. Les patients se plaignent dans ce cas généralement de symptômes caractéristiques tels que la détresse respiratoire, qui apparaît souvent sous forme de crise. On observe aussi souvent des sibilances ou une respiration sifflante, une toux et une sensation d’oppression dans la cage thoracique.

Chiffres et faits sur la prédisposition polygénique

Il a été scientifiquement établi qu’une prédisposition de plusieurs gènes (polygénique) joue un rôle important dans l’apparition de l’asthme allergique. Une étude a montré que les enfants ont de 60 à 80 % de risque de souffrir d’asthme allergique lorsque les deux parents présentent un asthme allergique. Une preuve particulièrement convaincante de cette thèse est la situation sur l’île Tristan da Cunha, qui est considérée comme la plus éloignée de toutes les îles habitées au monde. Près de la moitié de la population sur place souffre d’asthme en raison d’une hérédité familiale.

 

Le rhume des foins comme cause de l’asthme allergique

Il ne se produit pas nécessairement un asthme lors de tous les contacts avec un allergène susceptibles de déclencher un asthme. Si vous êtes allergique aux pollens, en particulier, vous ne souffrez pas nécessairement aussi de symptômes asthmatiques. Il est possible toutefois qu’il se développe un asthme allergique des suites d’un rhume des foins. Il s’agit alors d’une aggravation et d’une propagation de votre allergie, qui se limitait auparavant «uniquement» à un rhume des foins "classique". Le contact avec les allergènes entraîne des réactions et symptômes allergiques non plus uniquement dans la région rhino-pharyngée et les yeux, mais aussi dans la zone des bronches. On parle alors souvent de «changement d’étage» ou de «marche allergique».

Environ un tiers des personnes allergiques aux pollens doivent s’attendre à un changement d’étage après 10 ans environ. Dans le cas de l’allergie aux acariens de poussière de maison, un patient sur deux même développe un asthme allergique. On observe aussi un autre phénomène à cet égard: la diversité des déclencheurs d’allergie augmente aussi. Si un allergène donné déclenchait au début l’allergie et était ainsi responsable des symptômes asthmatiques inhérents, le patient peut ensuite avoir une réaction d’hypersensibilité à d’autres allergènes. Les périodes sans charge d’allergène sont ainsi toujours plus courtes.

 

L’essentiel en un coup d’œil

Dans l’asthme bronchique, il n’existe pas un tableau clinique unique. Il regroupe au contraire des symptômes de différentes maladies. Ceux-ci sont attribuables d’une part au rétrécissement réversible des voies respiratoires et d’autre part à une hypersensibilité bronchique liée aux altérations inflammatoires. Il existe aussi une prédisposition génétique à l’allergie et à l’asthme. Souvent, l’asthme allergique au stade précoce va de pair avec d’autres symptômes allergiques. Dans de nombreux cas, l’allergie s’aggrave après quelques années et se propage vers les bronches. On parle alors de changement d’étage. Si vous souffrez depuis longtemps de symptômes allergiques, vous devriez consulter un médecin spécialiste et discuter des possibilités de traitement.

Dernière mise à jour: 30/06/2020